La construction de l’UA peut servir de remède aux maux de la mondialisation

« Oeuvrons ensemble »

L’Union Africaine et la Mondialisation:

la construction de l’UA peut servir de remède aux maux de la mondialisation

Introduction

Le désir d’une union politique, économique et monétaire des peuples d’Afrique est né au 19ème siècle aux Etats Unis au sein des membres de la Diaspora donnant ainsi naissance au mouvement pan-Africain. Il s’est, à un tel point, ancré dans la conscience collective des masses africaines que tous les dirigeants du continent l’ont placé par conviction ou par opportunisme, au premier rang de leur agenda politique. Il s’inscrit comme une thérapie contre les humiliations subies depuis des temps immémoriaux. Malheureusement, les résultats enregistrés jusqu’ici dans la voie de l’unité ne sont pas à la mesure des espoirs suscités par le projet.
Les échecs notés à cet égard tiennent essentiellement aux raisons suivantes :
  • Absence de motivation réelle et de volonté politique de la part des dirigeants Africains
  • Désinvolture de ces mêmes dirigeants qui signent des accords auxquels ils ne se sentent pas liés, et leur propension, en revanche, à signer avec les anciennes puissances coloniales des traités qui vont gravement à l’encontre des intérêts de leurs peuples
  • Manque de ressources et absence d’une gestion budgétaire rigoureuse et unifiée
  • Fâcheuse tendance à embrasser des projets grandioses au lieu de recourir à une approche mesurée et calquée sur le long terme
  • Recours aux politiciens en retraite ou en disgrâce et non à des professionnels aguerris pour pourvoir les postes dans les organisations régionales
  • Interférence permanente des anciennes puissances coloniales peu enclines à voir l’Afrique s’assigner un autre rôle que celui de pourvoyeuse de matières premières et de produits de base

Pièces Jointes

L'Union Africaine et la Mondialisation
Titre: L'Union Africaine et la Mondialisation (132 clics)
Légende:
Nom du fichier: l_union_africaine_et_la_mondialisation.pdf
Taille: 466 kB

Le modèle indiqué n'existe pas. Utilisation du modèle par défaut.

Share