Le sens des affaires

Emission animée par Maryse Jobin sur Radio Canada International

Cet été à Montréal, le prix du litre d’essence a franchi la barrière psychologique du dollar. C’est la hausse du prix du baril de pétrole sur les marchés internationaux qui permet aux pétrolières d’engranger des profits records. Et si les chauffeurs montréalais se plaignent, imaginez la situation des chauffeurs de taxi de Dakar qui doivent débourser autour de 600 francs CFA pour le même litre d’essence : soit l’équivalent de 1 dollar 35 canadien.

L’incertitude sur les marchés est à ce point importante que des navires américains sillonnent le Golfe de Guinée afin de sécuriser l’approvisionnement auprès des pays africains producteurs de pétrole comme le Nigeria, l’Angola, la Guinée-Équatoriale, le Gabon et le Tchad. Sanou Mbaye est sénégalais d’origine, il est économiste de formation et a travaillé à la Banque africaine de développement. Il constate que les grands consommateurs de pétrole, comme les États-Unis, s’intéressent de plus en plus aux réserves africaines.

Share